skip to Main Content

SANS PANACHE

STADE PONTIVYEN 2 – 0 TA RENNES

but: M. BEAUGENDRE (70ème); N. LE GOUELLEC (80ème)

En se créant deux occasions dans les dix premières minutes dont l’une aurait dû faire mouche si N. LE GOUELLEC avait pris le temps de placer au lieu de fracasser la transversale, seul aux 6 mètres, le stade Pontivyen annonçait la couleur d’un match où jamais la TA n’arrivera à prendre le dessus laissant le poids du match à la solidité de sa défense et au talent de son gardien. Sur une pelouse grasse à souhait, les maîtres du lieu ont démontré durant 90 mns que sur ce type de terrain, on se doit d’avoir de l’envie et de l’impact, sans se laisser marcher dessus.

Dominée dans la possession, dans la précision des passes, dans la récupération des premiers ballons, durant les 30 premières minutes, pas une seule action dangereuse dans les 18 mètres adverses, pas un seul tir, la TA se reposait sur son bloc défensif pour stopper leur adversaire, qui en dehors de la possession du ballon ne se montrait pas dangereux face à A.BOUILLENNEC. Il faudra attendre la 33ème mn pour voir un premier tir largement non cadré de TIMAT. Seule petite frayeur pour la défense du stade, une percée balle au pied de T. BELLIER avec un tir tendu cadré mais très bien capté par M. ROLLAND (41ème). Piqués au vif les Pontivyens répliquaient la mn suivante et il fallait une sortie éclair d’A. BOUILLENNEC pour éviter le pire devant le remuant N. LE GOUELLEC ; Voila c’était tout pour cette première mi-temps assez soporifique.

Rien de neuf en seconde mi -temps chez les sangliers sinon que la défense aux abois arrivait en l’espace de 20 mns à concéder et enrayer sept corners adverses contre aucun pour la TA. Il fallait d’ailleurs un excellent Alexandre sur coup franc où,d’une claquette, il évitait l’ouverture du score à la 65ème. Le résultat nul ne tenait plus qu’à un fil et ce n’est pas le seul tir de C. DURAND largement au-dessus à la 60ème qui risquait de faire trembler le gardien expérimenté M. ROLLAND. A force de trop tirer sur la ficelle, c’est le coach adverse avec la rentrée de M. BEAUGENDRE à la 68ème qui allait avoir le nez creux. Sur un centre en retrait venu de la droite par le remuant N. LE GOUELLEC  le N°13, sur son premier ballon touché, expédiait sa reprise sur le poteau, ballon qui venait frapper par ricochet A. BOUILLENNEC pour l’ouverture du score (70ème). Il aura fallu ce but pour que la TA sorte enfin de son milieu de terrain et vienne quelque peu bousculer l’arrière garde adverse avec notamment une bonne rentrée de S. LE MOUELLIC, vif et percutant et une tête sur corner le 1er de M. POTHET mais sans danger pour M. ROLLAND (75ème). En s’exposant un peu plus, Pontivy allait en profiter sur un contre et un petit cafouillage défensif qui permettait à N. LE GOUELLEC, sur sa troisième grosse occasion de doubler le score à la 80ème.

Rien à redire, la victoire revenait à l’équipe qui avait mis les ingrédients nécessaires pour aller la chercher,. Elle s’était dessinée progressivement, allant crescendo et aurait plus être plus lourde encore, si, sur une échappée de J. MORLAN, A. BOUILLENNEC ne réalisait deux nouveaux arrêts déterminant qui aurait dû encore se transformer en but si N. LE GOUELLEC pour la 3ème fois n’avait pas gâché le ballon qui lui était revenu dans les pieds 92ème.  A noter tout de même la plus belle occasion de la TA à la 90ème, lorsque S. LE MOUELLIC arrivait seul devant M. ROLLAND qui arrivait à subtiliser le ballon au moment où le dribble de l’attaquant semblait pouvoir aboutir.

Vous l’aurez compris, les sangliers ne sont plus dangereux pour leurs adversaires. Depuis quelques matchs, ils ont perdu de leur superbe notamment dans l’organisation du jeu collectif, dans la préparation des actions offensives qui leur permettaient de se procurer des occasions. Défaillance, par ailleurs, dans la finition, mais également faiblesse de leur percussion dans la zone de vérité. Avec un déplacement à FOUGERES la semaine prochaine, puis à Saint Brieuc pour la reprise en début d’année, il va falloir sortir le bleu de chauffe ou tout simplement oser autre chose pour espérer se sortir de cette spirale descendante qui se dessine chaque journée un peu plus. 

Back To Top
Rechercher