skip to Main Content

Les sangliers détrônent le leader

GSY PONTIVY 1 – 2 TA RENNES

but pour la TA: A. POISSONNEAU ( 2ème); C. DURAND (78ème

pour la GSY PONTIVY: Y. LE GALL (23ème)

Quel championnat, qui ira en N2 ? A 3 journées de la fin, les 4 premiers se tiennent en 3 points et nos sangliers ont pris quatre points sur le second, 4 points sur le 3ème, et 3 points sur le 4ème. Ainsi placée à la 10ème place, on peut déjà dire que la TA aura été un arbitre sérieux pour l’obtention du titre sachant que lors de la dernière journée, elle recevra le leader MILIZAC. Que de regrets alors, nos sangliers, ont encore prouvé ce soir contre l’un des grands favoris, qu’ils pouvaient rivaliser avec toutes les équipes du groupe. Peu de personnes, en prêtant l’oreille dans le camp des supporteurs Pontivyens avant le match, pensaient que les verts allaient être défaits, contre un mal classé.

Alexis POISSONNEAU s’apprête à ouvrir le score

C’est mal connaître nos sangliers, leur 4- 4- 2 de fin de saison avec une équipe enfin presqu’au complet, présente un onze très équilibré et un banc des plus solides, ils l’auront prouvé ce soir. Et surtout ils possèdent un groupe très uni, très pote, très remonté qui a véritablement envie de retourner la scoumoune qui les a accompagnés toute la saison en jouant à fond leurs trois derniers matchs, et ce à commencer par Saint Brieuc la semaine prochaine à Salengro.

Ce soir, sur une très belle pelouse en herbe, la roue a bien voulu tourner dans le bon sens et la victoire n’est pas du tout imméritée. Une fois n’est pas coutume, dès l’entame de la seconde minute, une remontée de ballon par A. ROUSSELET sur une quinzaine de mètres, lui permettait d’ouvrir à droite sur A. POISSONNEAU, qui à son tour s’engouffrait dans la surface de réparation, enrobait son défenseur par un crochet intérieur avant de décocher du gauche un tir petit filet sur lequel DAOUDOU masqué ne pouvait que constater les dégâts. Avec un but d’avance, ça aide c’est sûr, mais la GSY prenait vite les commandes du match et durant 20 mns, allait faire reculer les patronnés dans leurs derniers retranchements, les poussant à démultiplier les ballons en corner. Pas moins de 6 dans les quinze premières minutes. Si sur un centre d’A. POISSONNEAU, A.CAROFF mettait sa tête de peu à côté, avant de tirer sur le poteau en position de hors-jeu, en face, une percussion de KITENGE se terminait par une superbe frappe sur la transversale (11ème). Ce sera deux corners plus tard que les verts égaliseront sur une reprise de Y. LE GAL ressorti par A. ROUSSELET mais derrière la ligne pour le corps arbitral (23ème). Il aura fallu cette égalisation pour que le match se rééquilibre avec quelques occasions de part et d’autre sans grand danger pour les deux gardiens.

La seconde mi -temps reprenait sur le même rythme avec de l’engagement des deux côtés, à la recherche d’un jeu posé où la GSY poussait souvent par son ailier A. BELEM, très à l’aise techniquement, mais grand gaspilleur de la dernière passe ou du dribble de trop devant une défense TAÏSTE qui ne laissait rien passer., à l’image de ce bel arrêt sur ce centre tir d’OLLIVAUD, très bien arrêté par A. BOUILLENNEC. De son côté, une reprise en déséquilibre d’ A. CAROFF, l’entrainait dans une chute sur son épaule qui l’obligeait à sortir  (50ème). Quelques minutes plus tard, un jeu à trois permettait à B. GAUTIER de tenter sa chance? mais sa frappe n’était pas cadrée (65ème). Réplique illico par le Y. LE GAL monté aux avants postes qui, après s’être ouvert le but mettait sa frappe hors cadre (67ème). Bien en place au milieu et en défense, sortant des ballons propres, la TA ne sera guère plus inquiétée, alors que ses contres commençaient à faire craindre le pire pour la GSY. Et ce pire arrivera à la 78ème, lorsqu’un dégagement d’A.BOUILLENNEC, était dévié de la tête par le capitaine T. BELLIER en direction de C. DURAND qui pouvait se présenter seul devant DAOUDOU en ne lui laissant aucune chance. Avec un but d’avance, la TA allait gérer sa fin de partie de main de maître, sans aucune panique, présente sur tous les ballons, soignant ses relances, remisant vers l’arrière pour casser le rythme, ne laissant finalement aucune chance aux MORBIHANNAIS de pouvoir revenir au score. L’entrée en jeu des remplaçants apportait la fraîcheur nécessaire et démontrait ô combien que dans ce groupe, débutants et remplaçants, tous sont à l’unisson sous le maillot frappée de la hure avec une irrésistible envie de s’en sortir.

Un sanglier même à terre possède toujours des ressources pour se relever.

Back To Top
Rechercher