skip to Main Content

La GNAC avait changé de camp

Nous l’annoncions après le résultat probant contre la GSI Pontivy, où la TA avait été tout feu tout flamme, qu’il fallait cependant rester humble pour aller affronter la Saint Pierre MILIZAC dans le Nord Finistère. Allez donc savoir si la volonté de bien faire ne s’est pas laissé griser dans les rêveries d’après match. Toujours est il que tous les qualificatifs de générosité, de solidarité, de vitalité, d’envie se sont retrouvés ce soir dans le camp adverse. Après une première mi -temps où le sanglier a eu les ¾ du temps les crampons sous la pression des jaunes, il n’y avait rien à dire sur l’avantage d’un but au bout des 45 premières minutes. Et pour s’en sortir en seconde mi-temps, il n’aurait pas fallu, au bout de 10 mns se faire surprendre par l’éternel coup de pied arrêté qui, trop souvent, brûle les ailes de la victoire chez nos sangliers.

SAINT PIERRE MILIZAC     2   –   0     TA RENNES

BUTS pour MILIZAC : ENZO HENRI (39ème) ; Yves Marie KERJEAN (58ème)

Superbe claquette d’A. BOUILLENNEC sur coup franc

Dès le coup d’envoi on a vu les Finistériens s’emparer des commandes du match en allant rapidement occuper le camp de la TA. Malgré cela, la première attaque de la TA était synonyme de belle occasion avec un tir appuyé de C. DURAND ( 3ème) sur lequel T. GUEGUEN parvenait magnifiquement, d’une belle claquette, sur un plongeon latéral, à mettre le ballon en corner.  Mais ça ne sera qu’un pétard mouillé, les Finistériens prenant très vite la direction des opérations avec un milieu conquérant, chipant tous les ballons et servant royalement leurs deux extérieurs, E. HENRY et M. HAMEK, véritables feux follets qui allaient durant toute la durée du match mettre nos défenseurs latéraux au supplice. Après un tir de L. BIKONG (14ème) non cadré au-dessus, A. BOUILLENNEC allait sortir le grand jeu face à des frappes cadrées d’E. HENRY (17ème) puis de M. HAMEK (21ème). A ce moment-là, la TA perdait beaucoup trop vite ses ballons au milieu, multipliant les fautes du retardataire pris en défaut, se mettant à chaque fois en danger sur des coups francs ou des corners magnifiquement tirés où A BOUILLENNEC se sortait de situations périlleuses. Et ce, notamment, sur ce terrible coup franc en lucarne de l’incontournable M. HAMEK, qu’il arrivera à mette d’une claquette sur le poteau (22ème). De leur domination, et de leur danger permanent dans la défense, ils seront récompensés à la 39ème, après un débordement fulgurant de l’insaisissable M. HAMEK, servant à la perfection au second poteau son compère E. HENRY qui n’avait plus qu’à terminer le bel ouvrage. Avantage mérité certes, mais la TA aurait très bien pu le prendre auparavant sur l’une de ses rares offensives dans la surface, lorsqu’un centre fort de TIMAT était dévié par le gardien dans les pieds de C. DURAND, seul au second poteau mais dont le tir insuffisamment appuyé était de nouveau sorti par une  parade de T. GUEGUEN ( 25ème). La fin de cette première mi temps, sera de nouveau caractérisé par M. HAMEK, les jambes en feu, et  par un tir cadré d’E. HENRY ( 45ème)

Au retour des vestiaires, le renversement de situation était encore possible mais très vite, les maigres espoirs allaient être déçus. Les jaunes tenaient leur première victoire au bout de leur hargne et ils n’allaient pas la lâcher. Les noirs, plus combatifs que sur la première période n’arrivaient que trop peu à rentrer dans la surface adverse. Ils commettaient trop de fautes, face à des adversaires, toujours aussi vifs dans leurs actions, et sur coup franc, à la 58ème, la hargne du défenseur YM. KERJEAN monté au front, de la tête, mettait pour la seconde fois le ballon au fond. Peu d’occasions du côté de la TA, la Saint Pierre maîtrisait et on retiendra une reprise de L. LEMARIE détournée sur la ligne par le capitaine C. FABIEN (64ème), une tête au-dessus de R. THENIER (66ème) et une nouvelle tête non cadrée de K. MESBAH dans les arrêts de jeu. C ‘était trop peu pour espérer ébranler la solidarité adverse qui aurait pu, de son côté, tout aussi bien corser l’addition par une percée et un tir sur le poteau à la 70ème et un nouveau coup franc de T. JACOB plein de frissons et miraculeusement sans dégâts (84ème).

La victoire allait donc à l’équipe qui l’avait voulu par sa « GNAC » affichée tout au long de la partie. Trop dépeuplés au milieu de terrain par les absences, les sangliers ont subi durant une grande partie du match et, sans les arrêts d’un A. BOUILLENNEC, rassurant dans sa cage, le score aurait pu être plus conséquent à l’arrivée. La magie du football, fait qu’un jour, tout est réuni pour l’emporter, alors que huit jours plus tard, c’est totalement l’inverse qui se produit. C’était le cas ce samedi au contraire de MILIZAC qui avait de son côté mis tous les ingrédients pour retomber sur le côté pile de la médaille.

Place dimanche, au 3ème tour de la Coupe de France avec un déplacement à RETIERS, avant de recevoir, dans deux semaines, le stade Rennais.

en jaune Mohamed HAMEK, l’homme du match
Back To Top
×Close search
Rechercher