Skip to content

Merci Maxime.

Après 23 années passées à la TA, c’est une nouvelle page qui se tourne pour Maxime, laissant derrière lui une très belle histoire et de merveilleux souvenirs qu’il nous raconte dans cet interview.

Tu n’as connu qu’un seul club dans ton parcours, qu’est-ce que cela représente pour toi ? 

“La TA ça représente un peu tout pour moi, elle m’a permis d’évoluer, de m’enrichir auprès de belles personnes telles que les bénévoles, les éducateurs, ainsi que Jacques AUBRY et Jacques LE NORMAND. C’est Jacques LE NORMAND qui m’a fait rentrer dans l’équipe sénior il y a 10 ans. J’ai connu des choses pas faciles dans ma vie, des coups et blessures, j’ai perdu mon frère, et ces personnes là elles ont vraiment été là pour moi tout au long de ces années. Je ne retiens vraiment que du positif sur beaucoup de choses notamment l’humain. Ce que dégage la TA je pense que beaucoup de gens le savent mais c’est une vraie maison, quand on y arrive on se sent bien”

Quel est ton meilleur souvenir en tant que joueur emblématique, après 23 saisons passées à la TA ? 

“Je dirai la montée en CFA2 et la victoire en Coupe de Bretagne la même année, on fait ce doublé historique. Je jouais avec des joueurs plus âgés que moi qui aujourd’hui ne sont plus dans l’équipe mais c’est notamment avec eux que j’ai beaucoup appris. Je m’en souviens c’était à Salengro, but de Maxime AUBRY. Je raconterai ça à mes enfants quand ils seront plus grands.”

Quel est ton palmarès ?

« Avec la génération 93, Antoine CAROFF, Renaud DREUSLIN, nous avons fait monter le club en U17NAT. Puis deux trois ans après nous gagnons la coupe de Bretagne à Ploufragan, en U19. Après nous avons été champions de DH et vainqueur face à Ploërmel en finale de la coupe de Bretagne diffusée sur TVR. »

Dans le milieu tu es reconnu comme un bosseur, quel est ton secret ? 

“Je pense qu’il faut être à l’écoute, faut travailler et encore travailler, que ça soit dans le football ou ailleurs je pense qu’il n’y a que le travail qui paie comme on dit. Je pense que je n’étais pas prédestiné à jouer à un niveau national mais j’ai bossé et ça a payé. Jacques m’a appelé dans le groupe, peut-être que j’étais là au bon moment mais je pense que ce n’était pas par hasard si je me suis retrouvé là. J’ai plus d’une centaine de matchs en CFA2 et N3 mais malheureusement j’ai eu trois graves blessures, dont un ménisque la saison dernière ce qui fait que j’ai très peu joué. Mais je suis comme ça dans la vie, je “charbonne” comme on dit maintenant dans le jargon. J’ai été assidu, j’ai écouté, puis après tout à suivi.” 

Après deux graves blessures aux genoux, comment t’es tu pris pour que ta motivation reste intacte ? 

“Je pense que je suis avant tout un passionné du football, à chaque début de saison je suis arrivé avec la même détermination, faire les choses bien et prendre du plaisir avant tout également. Le football ça reste du plaisir, on prend une licence avant tout pour cela, voir les copains. J’ai rencontré vraiment des personnes incroyables qui resteront à jamais dans mon coeur, joueurs, bénévoles, coachs,… Nous ne savons pas de quoi demain est fait, et peut-être qu’un jour je reviendrai, qui sait ? Mais dans tous les cas je serai heureux de revenir en tant que supporter voir l’équipe mais aussi le STAFF et toutes les personnes qui permettent au club de durer dans le temps. Mais oui motivation intacte, je suis sur la lignée de mes 30 ans je pense que je suis dans la force de l’âge !”

Quel message aimerais-tu transmettre aux jeunes joueurs de la TA ?

“Qu’il ne faut rien lâcher, là on parle de foot mais c’est pareil dans le monde du travail. Ce n’est pas une difficulté qui fait que l’on doit lâcher l’affaire. Je pense que c’est dans la difficulté que l’on apprend. Il faut toujours savoir se relever et rester déterminé. Si l’on souhaite quelque chose je pense qu’on a toujours des possibilités d’y arriver. Quoi qu’il en soit, blessures, changement de coach, des aléas qui font que et bien je pense qu’il faut garder cette détermination et je pense que la stabilité aide aussi à montrer qu’on en veut et que l’on souhaite exister dans un club. Souvent les jeunes maintenant ils aiment changer de club mais je pense que rester fidèle à un club et montrer que l’on a “la dalle” peut leur permettre d’aller loin.”

C’est un aventure familiale, Brigitte et Michel sont toujours au bord du terrain pour te supporter, un petit mot pour eux ?

“Mes parents m’ont toujours suivi, que ça soit en jeune en poussin jusqu’à aujourd’hui en sénior. Cette passion que j’ai aujourd’hui je pense que je la dois à mon père aussi, il n’a pas forcément joué à haut niveau mais j’allais tout le temps le voir. Je pense que c’est ce lien fort qui fait qu’ils m’ont suivi durant toutes ces années. Forcément j’ai un peu d’émotion en répondant à cette interview, 23 années c’est long comme c’est court.”

Un mot pour la fin ? 

“Je voudrai remercier tous les gens qui m’ont accompagné, qui m’ont donné ma chance et qui m’ont permis de jouer dans ce merveilleux club de foot, je n’ai même pas les mots pour le décrire…Il est rempli de gens sincères avec un grand coeur et avec qui tu peux parler vraiment d’autres choses que du football. Merci pour toutes ces années et forcément je serai de passage à la buvette auprès des bénévoles et supporters pour discuter du bon vieux temps. »

Merci pour tout Maxime.

#TEAMTA

Back To Top
Rechercher