Skip to content

Le point du salut…!

TA RENNES 1 – 1 AS VITRE

but pour l’AS VITRE: M. JOURDAN (2ème mn sur penalty)

pour la TA: A. POISSONNEAU (30ème mn sur penalty)

Comme si la leçon de la semaine dernière avec deux buts pris en 10 mns n’avaient pas suffi, nos sangliers ont fait pire ce soir en se mettant une grosse épine dans le pied dès la seconde mn de ce derby contre l’AS VITRE en déséquilibrant M. JOURDAN en pleine surface de réparation. Mené 1 à 0 après deux mns, la tâche s’annonçait délicate face à une équipe de VITRE qui jouait l’esprit libre, sans véritable enjeu sinon de vouloir terminer à la 3ème place devant FOUGERES.  La douche aurait encore pu être plus froide lorsque le centre d’E. BARROS arrivait sur la tête de M. JOURDAN, curieusement délaissé à 6 m du but. Reprise à bout portant, c’est miracle qu’elle échappait au cadre (12ème). Il allait s’en suivre une domination stérile de VITRE, maître de la possession, dominateur, quand de son côté la TA avait bien du mal à amener le ballon dans les 18 m adverses. On retiendra seulement dans cette première demi-heure un déboulé de R. CLENET sur son côté, mais son centre était loin d’être à la hauteur de la brèche qui s’ouvrait devant lui. Après une bonne vingtaine de mns, la TA sortait la tête de l’eau et commençait en jeu court à reprendre des couleurs. Avec un W. CISSE, rayonnant sur son côté, tant dans ses tacles défensifs, que dans ses relances, le retour dans le match s’installait progressivement. Et c’est justement sur un de ses déboulés, en contre, qu’A. POISSONNEAU se faisait déséquilibrer à son tour pour le pénalty de l’égalisation qu’il transformait (30ème), ouf de soulagement. Dans les dernières 15 mns, le jeu s’équilibrait, avec peu de danger de chaque côté. L’essentiel, en égalisant avant la mi-temps avait été fait sans prendre de second but, et désormais, il n’y avait plus besoin de courir après le score, il allait falloir tenir le résultat sur toute la seconde mi-temps, en espérant pouvoir profiter d’un ou deux contres.

Elle commençait bien cette seconde mi-temps avec un tir puissant de C. ARTAILLOU qui frisait le cadre (46ème). Pétard mouillé, car progressivement la stratégie de la seconde mi-temps s’est mise en place avec le plus souvent une « attaque défense » où VITRE aura beaucoup de mal à se mettre en situation de frapper face au retranchement des deux lignes renforcées qui allaient plier certes, mais ne pas céder. Si l’on retiendra deux tirs cadrés l’un d’A. POISSONNEAU (68ème) et un autre du revenant A. CAROFF (80ème), on pourra encore ce soir, comme beaucoup de fois dans cette saison, remercier le talentueux gardien A. BOUILLENNEC qui allait, par deux fois, éviter la défaite. Une première fois à la 51ème, quand G. LE GALL croisait un ballon qui filait vers l’intérieur du second poteau d’un réflexe en plongeon manchette, Alex le grand arrivait à le dévier en corner. Grosse sueur froide par la suite, avec ce ballon appuyé de G. LE GALL qui file sans repreneur devant les buts avant les arrêts de jeu 90ème, alors qu’à la 82èe un des coups francs de T. BAZIN était venu, en bolide, s’écraser sur le poteau, Et puis un second sauvetage dans le temps additionnel (90+4) un énième coup franc, sortie de ces fameux mystères de l’incompréhensible des dernières secondes,  à l’entrée de la surface, allait mettre les cœurs des supporters quelques instants en apnée. Minute de silence, à la baguette M. JOURDAN, le mur est bien en place, l’élan se fait attendre puis le ballon s’envole lifté, il contourne le mur d’une courbe incurvée pour rentrer dans la cage ras du poteau. Enfin c’est que tout le monde, les yeux écarquillés croit l’espace d’une seconde, mais une main ferme, sortie d’on ne sait où, soutenue par une superbe acrobatie horizontale a surgi, ALEX le « grand », une fois de plus, s’est envolé et venait donner un point salvateur supplémentaire,  ce point qu’il fallait à tout prix aller chercher. Cardiaques s’abstenir, les sangliers venaient de labourer les émotions de leurs fans. Il y avait eu la 1ère mn désastreuse, puis la dernière minute était devenue subitement explosive., refoulant d’un coup de longues semaines d’angoisse, le compteur a tourné comme le dit si bien le coach Ludovic ROYER.

Prochaine rencontre dans deux semaines, la dernière de la saison à Salengro avec la venue du leader DINAN LEHON.

On commence à y voir plus clair pour ce maintien tant attendu. Si mathématiquement  LOCMINE (32pts) et St BRIEUC (30 pts) peuvent passer devant la TA, statistiquement il sera difficile, pour les trois équipes au purgatoire de l’insoutenable (GSY PONTIVY, PLABENNEC et CESSON,  les 3 à 27pts points), de pouvoir revenir à hauteur des 33 points. Les résultats de ce soir font que le Stade Brestois ne le pourra plus de son côté. Les duels PLABENNEC – CESSON et LANNION – GSY PONTIVY de la prochaine journée, laisseront des plumes et ils pourraient délivrer totalement nos sangliers avant le difficile déplacement de la dernière journée à Pontivy où, là encore, CESSON recevra LOCMINE, et PLABENNEC affrontera à l’extérieur son voisin MILIZAC. Les  » matheux » vous diront que la loi sur les probabilités font en sorte que nos sangliers, à deux matchs de la fin, sont sauvés pour de bon. Difficile, en effet, de voir deux des trois équipes à 27 points, remporter les 6 points manquant à leur tableau de chasse en deux matchs alors qu’ils en ont pris 1 et des poussières en moyenne sur 24 matchs.

En tous les cas, il fallait absolument prendre 1 point ce soir dans ce derby contre l’AS VITRE, et à force d’abnégation, de solidarité et d’un combat sans merci, la manière n’important peu, le fameux espoir du bail renouvelé en N3 est tombée dans l’escarcelle de la pointeuse du maintien.

Back To Top
Rechercher