Skip to content

Directeur Sportif: une continuité aboutie  pour J. LE NORMAND

Rares sont les clubs purement amateurs possédant dans leur organigramme un directeur sportif. La TA depuis une saison a inauguré le poste, lorsque Jacques LE NORMAND a décidé, après 19 ans, de se retirer du coaching de l’équipe N3. Sans doute, plusieurs ont pu se demander quelles étaient les raisons à ce niveau, et surtout qu’est-ce que pouvait bien apporter de plus ce type de profil dans un club familial, déjà bien structuré comme la TA ? On l’a dit récemment, dans le football comme dans notre société, et ceci à tous les niveaux, beaucoup de choses évoluent et se transforment. En rester spectateur, sans accompagner et anticiper les changements, c’est prendre le risque à moyen termes de décrocher et de rentrer dans le rang

. Il était donc intéressant, un an après sa mise en place, de faire le point avec notre directeur sportif, quels en sont ses apports et son projet dans une vision élargie aux 750 licenciés du club.

Tafoot Après 19 saisons en tant qu’entraineur de l’équipe fanion de la TA, on imagine qu’arrêter ça n’a pas été simple, comment as-tu vécu cette 1ère année de transition, loin des entrainements et du management d’une équipe ?

« une décision mûrement réfléchie »

JLN – Cela n’a pas été si compliqué non plus sachant que ma décision a été mûrement réfléchie. J’y avais déjà pensé depuis quelques saisons, notamment lors de la période Covid avec deux saisons tronquées. Je n’oublie pas cette fameuse saison 2019/2020 où nous faisons toute la première partie de saison en tête du championnat et nous devons arrêter à la 18ème journée pour raisons sanitaire sans pouvoir défendre notre position jusqu’au bout.

Cela dit, la dernière semaine d’entraînement, j’ai pris conscience de tout ce qui s’était passé pendant ces 19 années et le dernier match a été un vrai pincement au cœur car je savais que c’en était fini du terrain et de la compétition. De plus il y avait le maintien en jeu sur cette rencontre, c’était très fort émotionnellement.

La transition s’est passée naturellement et je suis vite rentré dans mes nouvelles fonctions car j’avais en charge, avant la fin du championnat, de trouver mon successeur. Les contacts ont été pris, il fallait analyser toutes les demandes, les profils et les postulants avec le président pour une validation par le comité de gestion. J’avais beaucoup échangé avec Ludovic Royer pour évoquer sa possible venue.

de gauche à droite: J. LE NORMAND, L.ROYER et le président J. AUBRY

Je me suis fixé comme principe de rester dans l’observation, même si je suis présent sur certaines séquences d’entraînement et sur le suivi de tous les matchs. Ludovic doit s’installer dans la fonction, prendre sa place. Je suis là pour l’aider dans son intégration, la connaissance de la structure, l’appropriation de la philosophie du club, la connaissance du groupe, des joueurs et du potentiel jeunes de la TA. D’ailleurs il me sollicite régulièrement et les échanges sont constructifs.

Cela dit si la situation l’exige je répondrai présent.

TafootDirecteur Sportif, un nouveau poste à la TA, dont tu en as été à l’initiative avec l’appui des dirigeants. Avais-tu ressenti préalablement un manque, et en quoi, en quelques phrases, consiste la mission essentielle d’un directeur sportif dans un club amateur comme la TA ?

« une fonction qui me tient particulièrement à cœur »

JLN – Cette fonction avait été évoquée avec Jacques Aubry il y a déjà quelques saisons. Je ne dirais pas que c’est un manque, c’est plutôt un atout supplémentaire pour notre organisation et notre structuration.

 Entraîneur de national 3 nécessite de plus en plus un investissement quotidien (entraînements, gestion des matchs, analyse vidéo de notre jeu et de celui des adversaires, management du groupe…) associées à ma fonction d’enseignant d’EPS les semaines étaient très chargées. Ce qui a eu pour conséquence de lâcher du mou sur ma fonction de manager général du club à mon grand regret. J’étais moins présent sur certains dossiers.

Or cette fonction me tient particulièrement à cœur puisque c’est à ce titre que j’ai intégré la TA en 2003 avec une vision globale sur la politique sportive du club. Avec Jacques Aubry, nous savions qu’il était important de finaliser un rouage qui manquait au club afin d’amener une touche supplémentaire dans l’agencement du club.

Créer un dispositif complémentaire, un lien entre le président, les entraîneurs, les responsables de catégorie, les éducateurs, les responsables recrutement, l’ensemble des licenciés, les bénévoles, les parents, les services de la ville de Rennes et notamment la direction des sports.

Une fiche de poste a été établie et des axes prioritaires d’intervention ont été définis. 

Il s’agit de conforter l’image de la TA dans la communication, les relations avec les autres clubs, les partenaires, la presse, les instances et l’ensemble des prestataires de la TA.

Transmettre les valeurs de respect, la notion de plaisir par le jeu, les vertus collectives qui nous sont chères au club.

Orienter le projet sportif du club et en assurer le suivi et l’exécution.

Superviser les actions et interventions des encadrants du secteur sportif.

Je vais m’appuyer sur ma connaissance du club, l’expérience sur le niveau de compétition, la connaissance des joueurs, des éducateurs et des gens qui gravitent autour de notre organisation.

Tafoot La saison 2023 a été en tout point réussi. Concrètement qu’est ce qui a déjà pu répondre à tes objectifs dans l’organisation du club ?

« de bons résultats des tous jeunes marcassins aux seniors »

JLN – Effectivement c’est une saison réussie avec de bons comportements d’ensemble et de bons résultats des tous, jeunes marcassins aux séniors. Nous espérons surtout que les joueurs et leur encadrement ont trouvé du plaisir dans la pratique de leur sport favori en continuant leur progression collective et leur épanouissement individuel.

Je ne vais pas tous les citer mais revenons entre autres sur :

Les résultats des équipes sous la responsabilité de Marc Perrot le coordinateur sportif jeunes.

La qualité de nos U9, U10 avec leur victoire à la PIv’Five et leur participation à la Champion’s Cup au stade vélodrome.

Les U13 champions départemental

 Les belles prestations des U13 d’ Afaf Tabti et son staff avec leur titre de champions départementaux.

Le groupe de Julien Poinot et son staff qui obtiennent une accession en U17 National (c’est la 3ème fois dans l’histoire du club), et gagnent la coupe de Bretagne.

La bonne cohésion du groupe séniors avec des décisions fortes en faisant des choix en fin de saison pour favoriser le maintien des équipes en difficulté.

Le maintien en N3 de Ludovic et son staff avec une belle 7ème place sur une saison de transition et peu évidente avec 5 descentes. 

Nous allons entamer notre 10ème saison consécutive à ce niveau.

On y ajoute une accession en D2 (national) pour l’équipe de Nowfel en Futsal.

l’équipe de futsal monte en D2 national

A tous ses résultats il faut associer l’engagement et l’entrain de nos bénévoles qui contribuent à cette réussite.

Cependant il ne faut pas occulter certaines déceptions, beaucoup de blessures et des blessures très sérieuses pour certains de nos joueurs, des forfaits inhabituels. Certaines incompréhensions, des communications et échanges à améliorer. Des problèmes sur lesquels nous nous sommes penchés bien évidemment à l’intersaison.

TafootLes fondations du projet du club reposent à la fois sur la formation, l’éducation aux valeurs collectives et individuelles des jeunes licenciés, afin de les amener au plus haut niveau possible dans leur choix sportif. Quelles en sont les bases incontournables pour que le joueur senior sera labellisé demain « formation TA » ?

« améliorer l’arrivée de nos jeunes vers notre équipe élite »

JLN – A la suite de mes premières observations j’ai constaté que sur le début de saison trois joueurs seulement du groupe N3 étaient issus de notre formation, (Thomas Bellier, Maxime Blandin et Antoine Caroff), puis quatre avec le retour de Mayeul Durand en cours de saison, soit 16%.

Je trouve cela beaucoup trop peu pour un club formateur. À une époque j’avais dans mon équipe 60% de joueurs passés par notre formation. J’ai bien conscience que ce sera très difficile de retrouver un tel ratio, mais on se doit d’amener plus de jeunes TAistes vers notre équipe élite.

Thomas BELLIER capitaine senior N3 issu de la formation du club

En conséquence il faut améliorer l’arrivée de nos jeunes joueurs vers le groupe élite. Travailler sur la communication et accélérer le passage vers le monde sénior.

L’idée consiste à accélérer le processus de formation, en activant le passage dans les catégories supérieures en fonction de critères définis en amont. Les critères retenus sans trop rentrer dans les détails portent entre autres sur les capacités à comprendre et lire le jeu, à développer les qualités techniques sous pression (espace/temps) avec une qualité de vitesse dans la réalisation, le volume de jeu, la répétition d’efforts soutenus à plus haute intensité.

Mais il me semble également important d’insister aussi sur l’aspect mental, l’aspect social indispensable pour poursuivre sa progression et pour intégrer les groupes élites. La notion d’appartenance à notre club et nos valeurs est indispensable. L’adaptation à un environnement, la stabilité émotionnelle (nous sommes dans l’ère de la frustration, le refus des contraintes), la capacité à se surpasser et surmonter les difficultés, la capacité à savoir se situer sur les niveaux de performances attendus. Et bien sûr, l’humilité et travail.

Dans les faits cette saison 7 jeunes joueurs sont venus touchés le niveau N3, 9 (U18) ont pris du temps de jeu en R2, et 5 (U18) ont joué en R3, afin de s’aguerrir sur ces niveaux et accélérer leur processus de formation, ce qui est un des axes de travail privilégié depuis cette année. Pourquoi attendre la fin d’une saison sportive pour faire évoluer les jeunes un niveau au-dessus de leur catégorie ?

Entre L. ROYER et C. LE NORMAND au 1er rang debout: E. LAMINE, M. LEROUX, F. PACALY, accroupis: R. CLENET, S. TOURISS, T. LEBRETON promotion de marcassins vers la N3 absents pour blessure: F. DESRUES, F. LE LAY

D’où l’importance de bien déceler les potentiels, avec une analyse nuancée qui discerne bien la perf du moment et le potentiel à venir. Les jeunes qui signent à la TA doivent, dès leur plus jeune âge, avoir une visibilité à long terme sur l’échelle de leur formation avec en point de mire le groupe élite en N3. Mais aussi la possibilité de jouer à un bon niveau régional. Il faut leur donner l’envie, l’espoir et les moyens de réussir au club.

Pour certains il se peut qu’ils aillent vers le monde professionnel comme c’est déjà arrivé par le passé et comme ce sera le cas cette année avec Taiigy Dugard U17 et Lenny Savin U16 vers le FC Nantes. Sans oublier nos jeunes filles Célia Prioul au stade Rennais et Zoé Dugast à l’olympique Lyonnais.

C’est également en ce sens que l’on propose cette saison 2 nouveaux groupes d’entraînement :

Le constat établi est que pour certains de nos jeunes il faut 2 saisons passées par la R3 et R2 pour parvenir à jouer en N3. C’est trop long, on doit abréger ce temps. Pour ce faire, on met en place un groupe pré-national (16 joueurs) constitué de nos meilleurs jeunes qui vont travailler sur un groupe très proche de la N3 qui sera sous la responsabilité de Clément Le Normand. Ce sera l’antichambre de la N3 avec un travail qui doit accélérer l’arrivée de nos meilleurs jeunes.

Un groupe post-formation incluant la sortie U17, les U18 et le groupe régional 3 sous la responsabilité de Yannis Le Dorse de retour au club et qui par son expérience connaît les caractéristiques et profils adaptés pour intégrer le monde sénior.

L’idée est d’améliorer cette transition post-formation sur laquelle nous connaissons des difficultés.

Mais on peut aussi s’épanouir à la TA en jouant tout simplement à un niveau où le joueur s’exprime avec son potentiel et prend du plaisir à être sur le terrain avec ses camarades.

À plus long terme, un jeune joueur peut également envisager un rôle d’éducateur, de dirigeant, voire d’arbitre. La pratique à la TA ne se résume pas à faire que de la performance.

 TafootLa refonte des championnats amateurs : 5 descentes en N3 cette année, 5 en N2 en 2024 et 1 seule montée de ligue en national par région : n’est-on pas en train d’étrangler le foot purement amateur au détriment de championnats nationaux semi -professionnels et ce, à partir de la N3 pour désengorger les centres de formations professionnels ?

« il faudra être compétitif, structuré pour exister au niveau national »

JLN – En fait pourquoi a -t-on changé ce qui fonctionnait ? Les divisions étaient vraiment plus homogènes. On a voulu faire monter de nombreuses équipes sur tous les niveaux par démagogie probablement. Je me souviens quand nous sommes montés en CFA2, nous avions terminé premier d’un groupe de DH Bretagne à 14 clubs. LA DH de l’époque représentait la N3 de maintenant. En CFA2 on jouait sur les territoires normands et des pays de Loire. Il y avait un véritable brassage et un niveau plus relevé.

En ligue, il n’y a plus que trois niveaux (R3, R2, R1) alors qu’à une époque il y en avait 5 : la PH, la DRH, la DSR, la DSE, la DH. Pour monter jusqu’en DH il fallait être vraiment fort.

Maintenant en Régional 1 (équivalent de la DH) il y a 42 équipes (3 groupes de14), contre 14 autrefois pour un même niveau. Les trois premiers de chaque groupe montent, mais le passage à l’étage au-dessus devient plus délicat.

Maintenant on va revenir à une élite resserrée avec beaucoup moins d’équipes par niveaux. Pour la saison 2023/2024 en N2, il y aura 5 descentes, en N3, 3 ou 4 descentes par groupe, et sur 3 groupes en R1, une seule montée en N3. Du coup, la N3 n’aura plus que 8 groupes de 14 équipes en 2025/2026 contre 12 en 2023/2024. Elle passera de 168 à 112 clubs, 56 clubs sortent du niveau. La N2 passera, quant à elle, de 4 groupes de 16 à 3 groupes seulement.

Alors quelle est la finalité de ce processus ? Il y a un resserrement de l’élite c’est une évidence et il faudra vraiment être compétitif, structuré si l’on souhaite exister sur un niveau national.

Pour exister demain parmi ces niveaux, les clubs devront redoubler de vigilance et d’efforts dans leur organisation. Il risque d’y avoir un football d’élite avec des moyens, et un football de loisir.

TafootUn renforcement notable en termes de recrues pour la saison 2024 a été réalisé tout en conservant les cadres et les jeunes issus de la formation. Faut-il en déduire qu’un club aspirant à rester en championnat national doit désormais quasiment doubler chaque poste.

« il faut anticiper dans tous les domaines »

JLN – Effectivement nous avons travaillé sur un recrutement élargi souhaité par Ludovic, et en coordination avec le staff séniors et le travail précieux de Damien Jouadé en charge du recrutement séniors.

C. LE NORMAND coach Réservistes N3 et D.JOUADE recruteur de la TA

Ce renforcement était souhaité d’une part par nécessité, tous les clubs de N3 sont maintenant pourvus à chaque poste et quand on voit le nombre de blessés l’an passé, on préfère assurer sur ce plan-là.

D’autre part il faut savoir faire face à l’évolution des mentalités (les joueurs s’engagent moins sur l’avenir et décrochent plus facilement aujourd’hui s’ils n’obtiennent pas un temps de jeu conséquent), il y a aussi les joueurs qui s’engagent en cours de saison sur d’autres projets (départ à l’étranger par ex.) enfin nous avons maintenant de plus en plus d’étudiants appelés à faire des stages à l’étranger à mi-saison (sur des périodes allant de 4 à 6 mois). En conséquence, il faut anticiper sur tous les domaines.

Les recrues 2023: entourés de C. LE NORMAND , M. SAIL au centre (entraineur des gardiens) et l. ROYER debout de gauche à droite: I.TOURE défenseur (N2 Voltigeurs CHATEAUBRIANT) ; T. MARTEAU milieu offensif (N3 US CHANGE); T. BRUNET défenseur (N3 AS QUETIGNY); T. ANTOINE  latéral piston (N3 MONDEVILLE); T. MARGARETTA  (R2  SC LE RHEU); accroupis de gauche à droite: R. FREITAS milieu retour à la TA (N3 AJ AUXERRE); L. TIRCO défenseur (N2 stade RENNAIS) ; E. GUILLERMO (USA – FCLORIENT- GSY PONTIVY); M. CROCQ latéral piston (N2 FC ROUEN); A. TRAORE milieu (N3 DOL de Bretagne); 

Tafoot –  En un mot pour conclure, tes objectifs 2024 ?

« développer un jeu de qualité qui suscite ferveur et plaisir »

JLN – Pour 2024, j’espère surtout que nous allons travailler et évoluer en bonne harmonie, sans oublier le plaisir à nous retrouver et partager des moments forts à travers les différentes compétitions des tous jeunes pousses aux séniors.

Consolider la position sportive de la TA Rennes sur le plan régional et national.

Conserver une identité de jeu propre aux valeurs sportives et humaines de la TA (de la qualité dans le jeu et un esprit familial et convivial).

Retrouver un lien constructif notamment sur la passerelle U18/seniors, resserrer les liens entre toutes les catégories. Décloisonner et travailler dans l’intérêt du club et de nos jeunes.

Que l’on ait des joueurs identifiés formation TA en équipe fanion. Amener en cours de saison nos meilleurs jeunes sur des temps de séances et sur des temps de jeu de plus en plus conséquent N3.

Poursuivre l’accompagnement et le développement du football féminin.

Entretenir et renforcer le lien avec la structure Futsal.

Sur le plan sportif, nous maintenir sur les 3 niveaux nationaux (N3, U17 NAT et D2 Futsal).

Que notre équipe N3 soit conquérante, généreuse et nous gratifie de bons résultats en championnat et coupe de France.

Développer un jeu de qualité, enthousiaste, qui suscite ferveur et plaisir d’assister aux rencontres.

De bons résultats pour l’ensemble de nos équipes avec des objectifs définis en interne réalistes et ambitieux dans chaque catégorie.

Bonne saison à tous.

Back To Top
Rechercher