Un bon nul contre les réservistes « MALHERBISTES »
...

Un bon nul contre les réservistes « MALHERBISTES »

Par Michel Rollo
le 09 Fév 2019

Trêve de championnat oblige, et afin de ne pas perdre le rythme, Jacques LE NORMAND avait convié ses hommes loin de leur base ce samedi, avec un match amical contre les réservistes du stade Malherbe de CAEN.

Stade MALHERBE CAEN    3    –   3     TA RENNES

Tout le monde sait combien les rencontres de février et mars sont décisives  dans une saison. Aussi pour se sortir de la zone rouge qui colle aux basques du sanglier, toute rencontre est bonne à prendre, et encore plus quand il faut se frotter à une réserve pro mixée avec un centre de formation reconnu.  Et c’est avec une équipe inédite que la TA s’est présentée, due notamment  aux absents du jour et en prévision de l’hécatombe des blessés et suspendus avant le derby avec REDON la semaine prochaine. Malgré, tout cela, il y a eu de belles choses dans le jeu et l’intensité. Si le sanglier n’avait pas pêché par la  pression du mal faire en défense, c’est même une victoire qui aurait dû accompagner les kms du retour. Avec un nul 3 – 3, on sait au moins une chose, on peut marquer des buts et les buteurs du jour, R. DREUSLIN (pénalty obtenu par A. CAROFF 12ème ) C. DURAND puis B. DIAWARA, n’avaient rien à envier à leur adversaire. Surtout si on ajoute que le premier but adverse dès la 1ère mn répondait à une tête (csc) pleine lucarne de notre défense, puis le second avant la mi-temps à un tir dévié (csc),  et qu’enfin, alors qu’on s’acheminait vers une victoire, nous nous offrions le luxe de faire une passe décisive pour le 3ème but caennais.

Finalement la morale est qu’il faut mieux faire des bévues en match amical, tout en jouant bien, plutôt que se les réserver pour le derby du Week End à venir, où ce n’est pas avec la peur au ventre qu’il faudra entamer la rencontre mais avec un seul objectif, fermer toutes les portes derrière, ouvrir son jeune talent à la seule envie de la victoire et de vouloir renverser des murailles, à la BAYARD sans peur et sans reproche, et nos vifs attaquants feront le reste.