« Mille sabords de tonnerre de BREST »… ils nous l’ont encore refait….!
...

« Mille sabords de tonnerre de BREST »… ils nous l’ont encore refait….!

Par Michel Rollo
le 03 Mar 2019

Nouveau déplacement compliqué après le Stade Rennais, ce samedi la TA rencontrait le Stade. BRESTOIS. Deuzième ex aequo au classement, Brest avait prouvé à l’aller, avec une victoire (3- 1) à Salengro, sa supériorité tant par sa qualité technique, que par sa vivacité en attaque rapide et placée. Le sanglier, quant à lui, handicapé par de nombreux blessés proposait pour la 3ème fois consécutive, une équipe rajeunie, avec peu d’expérience du niveau, pour certains, mais dont le talent ne demande que confirmation en participant à de tels matchs. Et puis, jamais deux sans trois, les noirs restaient sur 2 victoires au MENEZ PAUL, lors de ses deux derniers déplacements dans la capitale Finistérienne. De là, à penser que le tonnerre allait s’abattre sur le stade Brestois ce n’était que gageure pour les parieurs patentés avant le coup d’envoi.

Les compos

Stade Brestois : 1 V. PETTON, 2 K BOULOUARD, 3 E. BOCAT, 4 G. BUON, 5 F MENN, 6 I. DIOH, 7 H MAGNETTI, 8 P.MAGNON, 9 R. SAID, 10 A. AHAMADA, 11 M. NOC, 12 K. LE LABOURIER, 13 R. THUNET, 14 M. GLAZAI, 15 S. GENTY, 16 T. GUEGUEN  – Entraineur Laurent DAVID

TA RENNES : 1 S. DODOZ, 2 C. BARRELLON, 3 J. DECHERE,4 J. LEPRETRE, 5 A. MAINGUENE, 6 P. VILLEZ, 7. A. POISSONNEAU, 8 T. BELLIER, 9 A. CAROFF, 10 I. ET TOUGUANI, 11 K. LEPETIT, 12 S. VERGER, 13. E.. LUSHIMA, 14 P. YVOIR, 15 R. MALLET  –  Entraineur J. LE NORMAND

Et pourtant, bien en place dès les premières minutes, la pression haute des noirs, avec un 4 – 1 – 4- 1 allait terriblement gêner l’élaboration du jeu des rouges, privés de rampe de lancement. Et lorsqu’ils arrivaient à s’ouvrir une brèche, à l’image  de NOC (8ème) bien lancé sur son côté droit, ils n’apportait pas  véritablement du danger, alors qu’un centre était attendu. A l’aisance technique, la TA répondait illico, par un engagement de tous les instants, brisant les lignes adverses et  ne laissant ainsi, à aucune des deux équipes, l’occasion de vraiment prendre le jeu à son compte dans le premier ¼ d’h. Mais attention, néanmoins, à la redoutable pointe de vitesse des M. NOC, R. SAIK et A. AHAMADA les  pointes brestoises qui avaient fait si mal à l’aller justement. Ne se montrant guère dangereux devant la cage de SEVA, la TA allait croire à sa chance, et profiter d’un contre rapidement mené, où le centre final d’ I ET TOUGUANI atterrissait dans les pieds d’un A. CAROFF volontaire pour faire mouche (29ème). Incroyable le scénario des deux dernières années reprenait forme. Vexés, les Brestois, tentaient alors de se rebiffer et poussaient mais souvent de façon désordonnée. Et puis sur un débordement de M. NOC , on va croire au but sur son centre en retrait pour R. SAIK mais on assiste là, à un extraordinaire sauvetage de SEVA, sur une reprise à bout portant au 6 mètres  (33ème), la classe tout simplement. Brest a passé la vitesse supérieure pour tenter d’égaliser. Hélas pour eux trop de précipitations et surtout une pression trop haute, allait dégarnir ses arrières, et un nouveau contre permettait à K. LEPETIT de lancer dans l’axe A. CAROFF  qui déclenchait le turbo. Le buteur de la première demi-heure s’échappait pour aller marquer un magnifique  doublé, poteau rentrant (40ème). Deux buts d’avance, personne ne l’aurait cru, au coup d’envoi, et pourtant Brest s’embourbait. En tentant de revenir avant la mi –temps, ils obtiennent cependant un corner. Mais là encore, sur un superbe retourné de P. MAGNON, SEVA réussit un second exploit alors que l’on est dans les arrêts de jeu de cette première mi –temps.

Omniprésents dans la pression et l’engagement, la TA n’a laissé que trop peu d’espaces à une équipe Brestoise résolument poussée vers l’avant, pour qu’elle puisse développer son jeu à une touche de balles. Vraiment une  mi-temps exemplaire en caractère trempé, où finalement, l’avantage au score récompensait l’équipe qui avait la hargne  sur ces 45 premières minutes avec un très grand SEVA qui avait réussi à préserver l’acquis des deux buts.

La seconde mi temps commence par une blessure au pied de T. BELLIER,  obligé de rejoindre le banc. C’est M. LUSHIMA faisant son grand retour, après blessure,  qui va prendre le relai au milieu. La riposte de BREST, qu’on attend ne sera que feu de paille avec un nouveua déboulé  de M. NOC, sur l’aile gauche, le mettant en position favorable devant SEVA, mais il croise trop sa frappe (55ème).  SEVA sauvera encore les meubles une 3ème fois, décourageant les velléités brestoises qui, au fil des minutes vont progressivement s’étendre. Au contraire c’est la TA, qui aura l’occasion de soigner son goal avérage, notamment deux fois par I ET TOUGUANI, en l’espace de 5mns, dont un des centres en retrait d’A. CAROFF aurait dû faire mouche à la 65ème. La TA continue, avec ses vifs attaquants en feu, à poser beaucoup de problèmes à la défense Brestoise. Ceux- ci n’y arrivent pas, et ce seront  encore les noirs qui auront l’occasion de tuer définitivement le match à la 70ème. Trente minutes en seconde mi-temps et le sanglier, héroïque maintenait, haut la main, son avantage de deux buts, sans être vraiment malmené, s’offrant même encore, par les poussées de l’intenable A. CAROFF une nouvelle belle occasion mal exploitée  à la 82ème. Les Rouges  avaient baissé pavillon, et en fin de partie, encore un centre de M. LUSHIMA sera repris, et mis hors cadre par A. CAROFF  (88ème). Au final, et aussi incroyable que ça puisse paraître, il y aurait pu avoir trois buts de plus à l’arrivée, et il n’y aurait rien eu à redire.

Que dire de plus, lorsque quatre voire cinq, des joueurs les plus capés sont absents, et que la jeunesse décomplexée,  nous fait comprendre, que dans le football, c’est quand on ne s’y attend pas, que les exploits se construisent, dans l’anonymat certes,  mais ceux qui y étaient s’en souviendront de cette seconde victoire à l’extérieur. Et puis voilà unebien belle 4ème victoire dans l’escarcelle qui fait du bien, et qu’il sera bon de fructifier avec la venue de PLOUZANE dans deux semaines. Le maintien on y croit…. avec de telles prestations, rien ne pourra les arrêter.