Le sanglier ne se s’est pas envasé dans les ABERS
...

Le sanglier ne se s’est pas envasé dans les ABERS

Par Michel Rollo
le 27 Sep 2020

On la sentait venir, la qualification en  Coupe de France avait fermenté dans les esprits, toute la semaine, un absolu besoin de reconquête. Le fumet de la première victoire en championnat n’en n’avait que faire de l’opacité des nez masqués, sur tout ce long trajet au bout de la terre, vers le plateau du LEON. Chacun au fond de soi savait, en écoutant la causerie d’avant match du coach LE NORMAND, qu’on ne rentrerait pas bredouille ce soir à Rennes. Le sanglier se devait de laver l’affront de la presse locale, qui voyait déjà  la TA s’envaser  dans le pays des ABERS. Certes en face, il y avait du beau monde, connaissant parfaitement le niveau pour avoir évoluer souvent au dessus, et de petit promu, il n’y avait derrière qu’une humilité de façade.

 

Mais c’était bien mal connaître le sursaut d’une bête blessé. Même pas peur de la notoriété d’en face, même pas de frémissements pour les absences de nos têtes de horde R. DREUSLIN – A. CAROFF, les jeunes marcassins, étaient fins prêts à relever le défi pour lequel la Saint Pierre comptait bien s’ajouter une 3ème victoire.

ST. PIERRE MILIZAC    1    –    2     TA RENNES

But pour MILIZAC: J. UDOUREN (45ème)

Pour la TA:  L. LEMARIE (34ème); T. BELLIER  (64ème)

Tanguy faisant du « Tanguy à la maison » c’est le sémillant Marius qui faisait son émancipation avec les cupules pour lancer l’échauffement. Exercice réussi puisque dès l’entrée de match, les noirs, avec le retour de Teddy LEPRETRE dans la défense, prenaient le match à bras le corps, mettant la pression, et l’intensité nécessaire pour prendre les commandes de la rencontre. Présents à la tombée des ballons, se projetant rapidement vers l’avant en jeu court, ils obtenaient le 1er corner de la partie à la 7ème mn. On le sentait, c’était un jour avec, il y avait du « peps » dans tout ce qui était entrepris. Sur coup franc à la 13ème M. BLANDIN était à la tombée du ballon pour reprendre de la tête mais le ballon passait au-dessus de la cage. Jeu vif et agréable, on vivait la plus belle entrée en matière de la saison des patronnés Rennais. Peu d’occasions de l’autre côté sinon quelques soubresauts dans les 25 premières minutes, donnant 2 corners avec un face à face remporté par S. OSMONT devant QUEMENEUR  et une frappe déviée d’HENRY. A l’approche de la demi- heure, A. ROUSSELET, bien en jambes depuis le début, expédiait un tir appuyé que le gardien repoussait sur le côté dans les pieds de T. LEPRETRE arrivé porter main forte, mais sa reprise en angle fermé échouait dans les gants de D. THOMAS qui tant bien que mal arrivait à écarter le danger. Jeu alerte, avec une circulation du ballon « covidienne » qui allait faire tousser la galerie, lorsque A. ROUSSELET, après une action collective, pouvait décaler à merveille sur sa droite L. LEMARIE qui, d’un tir croisé, laissait D. THOMAS sans réaction (34ème) Pas immérité du tout ce but la preuve en étant qu’il jetait un véritable froid au tambourin de la tribune qui perdait du même coup son roulement. Maitrisant la partie, on pouvait penser qu’on allait rejoindre les vestiaires avec ce but d’avance.  Pas prendre de but avait dit le coach, et ben si, il aura fallu cette hésitation à dégager le ballon, et nous voilà aux citrons avec une égalisation à la 45ème par J LIDOUREN. Si on ajoute deux fautes dans la surface, l’une contre C. DURAND  déséquilibré par THOMAS, et une main adverse, non sifflées, les gilets jaunes s’en tiraient bien mais sûr que dans leur tête, ce match finalement n’était pas aussi simple que prévu.

La mi-temps leur permettait de retrouver un second souffle qui allait, durant une petite quinzaine de mns, leur redonner l’espérance de venir à bout de cette lanterne rouge faisant de la résistance. Pour cela, à la 50ème, ils auront une vraie occasion qui passera de peu à côté, et ils feront souffler le froid sur le banc Rennais quand, sur corner (61ème), le ballon avait beaucoup de mal à trouver une porte de sortie de la surface de réparation des noirs. Ne pas en avoir profité, allait se retourner contre eux quelques mns plus tard quand, une action collective rapidement menée, permettait à C. DURAND de servir T. BELLIER qui, de son sang froid, bien connu de capitaine, ne laissait aucune chance à D. THOMAS (64ème). Pour la seconde fois de la partie, la TA avait repris un but d’avance, il ne fallait plus lâcher. Avec générosité, et sérénité, les noirs allaient garder la main mise sur le reste de la partie, S. OSMONT parait de belle façon, avec son envergure aux quelques velléités offensives, pendant qu’à la 70ème mn, L. LEMARIE s’en venait buter sur le gardien, que le rentrant K. MESBAH s’essayait à un tir non cadré (90ème), alors que le trublion TIMAT, d’abord se jouant d’un petit pont sur son adversaire, finissait mal son débordement en tirant petit filet face au gardien (80ème) et surtout voyait sa reprise dans les arrêts de jeu, atterrir sur la transversale, ratant ainsi de peu le bouquet final de cette première victoire dans un match agréable à regarder.

Enfin, nous voilà soulagés, nous avons retrouvé notre équipe joueuse comme on aime, combative, généreuse, pressant haut l’adversaire et comme d’habitude ne quittant pas un match sans avoir fait trembler les filets adverses. Vraiment de bon augure avant le derby de la Coupe de France samedi prochain à 18h sur le terrain de l’AGLD de FOUGERES où, bien sûr, vous y serez très nombreux, maintenant que nos sangliers sont revenus dans leur clairière.de prédilection