La tornade Rouge et Noire passée, le sanglier, au mental, réalise un véritable exploit
...

La tornade Rouge et Noire passée, le sanglier, au mental, réalise un véritable exploit

Par Michel Rollo
le 01 Sep 2019

Si la météo avait plus ou moins prévu l’arrivée des nuages à 20 h, elle avait cependant omis d’avertir la TA qu’une tornade était annoncée du côté de la Piverdière sur le coup des 18h. Les jeunes rouges et noirs allaient durant une trentaine de mns donner le tournis, et semer la débandade dans les rangs des sangliers, emportés comme des fétus de paille en pleine tempête. On ne peut dire à cette heure- ci, sous l’effet de l’émotion, par quel miracle, ils se sont tirés de la noyade qui semblait se dessiner au bout de 10 mns. Le trouillomètre dans le rouge,  les pieds carrés, le ballon à peine gagné par mille misères  rendu de suite à l’adversaire, adversaire qui s’en donnait à cœur joie pour transpercer les lignes et pour laisser la pression dans les 18 m de la TA. Il nous aura fallu du grand S. OSMONT pour que les hommes de J LE NORMAND garde la tête au-dessus de l’eau, et certainement, un brin de réussite lorsque sur un premier centre de TIMAT, L. ASSIGNON par une réduction CSC permettait de préserver un peu d’oxygène. C’est pas fini disait on à côté de moi : «  la messe n’est pas fini, je connais le curé » Peut-être, mais nous étions loin d’imaginer, le déroulement époustouflant engagé, qui allait donner à ce derby, toutes les émotions faisant se dresser les cheveux sur la tête, allant du pire au meilleur, pour une fin de match de folie, ce genre de rencontre qui nous fait tant aimer le foot.

STADE RENNAIS    4   –   4    TA RENNES

buts pour le Stade Rennais: L DA CUNHA (4èmn); GBOHO (8ème pen, 80ème); G. RUTTER 26ème); 

Buts pour la TA: L. ASSIGNON (csc 11ème); A. POISSONNEAU 49ème, 82ème); R. DREUSLIN (90ème)

Pas vraiment le temps de s’installer dans ce match, que déjà les premiers assauts rouges et noirs prenaient le sanglier à la gorge, ne sachant pas, très vite, où donner de la tête ou comment relancer proprement. Mais où était donc passée la fringance des deux premiers matchs? Pris à la gorge, un puis deux , puis trois, et quatre corners consécutifs en l’espace de trois minutes, ça chauffe, ça cogne dans la poitrine, on se dégage à l’emporte-pièce, décontenancés par cette entrée en matière  d’enfer. En toute logique une percussion du milieu Rennais servait alors, à la perfection, L. DA CUNHA, qui sur poteau rentrant ouvrait la marque 4ème mn. Houla les blancs, il va falloir revenir sur terre,  se serrer les coudes, mais les vagues rouges s’accélèrent encore, et TIMAT bien malencontreusement provoque un penalty en essayant de stopper la fougue adverse. Et de deux, avec une panenka d’affront de G BOHO 8ème. Là, ça sent sérieusement une correction à venir, d’autant qu’on a du mal à passer le milieu de terrain. Néanmoins, le sanglier reprend un peu ses esprits quelques minutes et grimpe d’un cran, permettant à la 11ème un décalage sur TIMAT, dont le centre aérien semble se diriger vers les gants d’E. DAMERGY, mais sans avoir regarder dans son rétroviseur, l’arrière central L. ASSIGNON détourne de la tête dans ses propres filets. Ouf  merci, ça vous requinque un peu, mais faut se l’avouer c’est bien payé. Hélas les fulgurances rouges ne se calment pas pour autant, et la TA toujours aussi fébrile, aussi bien au milieu que derrière, il nous faut tout le brio de S. OSMONT pour éviter l’aggravation du score aux 20ème,  sur une percée de G BOHO, 21ème un tir de M. PICOULEAU,  et un face à face avec G. RUTTER (23ème). Mais il ne pourra rien sur une passe lumineuse d’A. KEROUEDAN, qui se joue de ses adversaires, figés, pour servir à la perfection G. RUTTER pour le 3ème but (26ème) . Sûrs de leur emprise , les stadistes vont alors lever le pied. Mal leur en a pris, ils vont ainsi permettre aux blancs de se raccrocher à leur fierté, et retrouver leur football progressivement. Ainsi verra-t-on un décalage d’ A. CAROFF pour A. POISSONNEAU, assez effacé jusque là, dont la reprise s’envole à côté (38ème). Maintenant on a refait surface, le stade semble gérer son avance, et juste avant la mi- temps, un centre tir appuyé de T. BELLIER ne peut être repris par A. CAROFF juste un peur trop court.

Le reste de la queue  de la tornade, s’étant sans aucun doute, engouffrée dans le vestiaire de la TA à la mi-temps, on pouvait malgré tout , espérer une rébellion du sanglier pour cette seconde mi -temps. On ne tarde pas à s’en apercevoir, la TA prend davantage la possession, elle  commence à montrer les dents de façon plus violente dans le camp adverse. La rentrée de R. DREUSLIN, avant la mi-temps, semble avoir donné un coup de piston au mental. Et au moment où on ne s’y attend pas, voilà que nous retrouvons le vrai A. POISSONNEAU. Il nous décroche une lucarne aux 20 mètres comme il en a le secret ( 2 – 3  49ème). Ca y est le sang a retrouvé son bon débit dans les dédales du cerveau, et deux minutes après, sur une remise de la tête, on ne sait encore comment les filets d’ E. DAMERGY n’ont pas tremblé?

Mais si mon collègue avait confiance au curé pour la fin de la messe, le maître de cérémonie, ne me semblait pas présenter tous les gages d’assurance, et les mêmes avantages, dans la distribution des fautes et des cartes,  surtout dans sa diligence à sortir un rouge direct contre T. LEPRETRE (52ème). Bien merci, puisqu’il en était ainsi, le sanglier, avait désormais un os à ronger et il n’allait pas le lâcher. Nous n’étions plus du tout dans la même parade rouge et noire que la 1ere mi -temps, et tout le monde le sait, un sanglier blessé, est un sanglier que l’on n’arrête plus. A la 56ème un boulet de T. BELLIER  est sorti sur la ligne par un défenseur, puis c’est au tour d’A. POISSONNEAU, après un numéro personnel, de se retrouver devant le gardien rennais mais il échoue (60ème). Les mouches ont changé de coche, même si les contres Rennais peuvent, à tout moment, ruiner tout espoir.  S. OSMONT, dans un grand soir, veille au grain devant G. RUTTER (69ème). La TA maitrise désormais son sujet et l’on voit de bien belles poussées à l’image de ce numéro d’équilibriste d’ A. POISSONNEAU.

Plus que dix mns , on peut revenir  au score. Patatrac, ballon perdu au milieu et GBOHO, en s’infiltrant côté gauche, s’en vient battre S. OSMONT (2-4 80ème). Cette fois ci, la messe est dite, le sanglier ne pourra plus remonter deux buts en dix minutes. Un sanglier dans le pétrin n’abdique jamais, nous nous en apercevrons deux mns plus tard quand, sur une passe en retrait au gardien du  stade, A. POISSONNEAU s’en va le presser, récupère le ballon et ramène le score à 3 – 4 (82ème). Allons nous assister à un renversement de situation inattendue, alors que  l’on est à 10 contre 11, ça semble impossible même si en face la jeunesse peut nuire à la filouterie de vieux briscards?  Espérons quand même, surtout qu’une nouvelle attaque met A. POISSONNEAU en position de tir, mais ça passe à côté.  Chacun retient le souffle de l’espoir,87ème,  88ème, 89ème, 90ème , y a toujours de l’électricité dans le ciel, et soudain un éclair, puis coup de tonnerre, ça claque, ça fend l’air, les supporters explosent, les joueurs s’embrassent, R. DREUSLIN, vient aux 18 mètres de lâcher une frappe croisée imparable pour le gardien  4 – 4, on est dans les arrêts de jeu.

Le stade Rennais se rue alors à l’attaque pour tenter d’effacer la tâche qui enlève toute suprématie Rennaise . Un, puis deux corners, on suffoque et une balle qui va rentrer , non K. LEPETIT l’enlève sur la ligne, le stade Rennais a laissé s’échapper une victoire qui lui tendait les bras. Le mental du sanglier , même s’il avait mis la barre très bas au départ, faisait la différence, nous rappelant pour le coup, la bonne vieille fable de  Jean de LA FONTAINE :  » Rien ne sert de courir, il faut partir à point »

De cette belle soirée à vous péter les coronaires, retenons qu’après trois matchs, la TA préserve la tête avec 7 points. Voilà de quoi vous aguicher pour ne pas rater le match de samedi prochain à Noyal CHATILLON contre une autre équipe invaincue la saint COLOMBAN de LOCMINE, match aussi qui reste très ouvert.

En attendant heureux anniversaire  à notre ami Thomas…..!