Coupe de France : Symphonie collective parfaitement maîtrisée
...

Coupe de France : Symphonie collective parfaitement maîtrisée

Par Michel Rollo
le 15 Sep 2019

Rencontrer une R3 pour l’entrée en Coupe de France, n’était pas forcément une simple promenade dominicale, surtout quand l’adversaire se nomme le FC BRUZ reconnu par son grand nombre de licenciés chez les jeunes. Et puis, on sait que souvent pour le petit poucet qui reçoit, c’est le match de la saison où le déploiement d’une motivation suprême conduit à des surprises à chaque tour pour créer des surprises.  La douche froide de l’élimination par une R2, la saison passée, avait laissé des traces pendant quelques semaines chez le sanglier, et il y avait là, mille raisons pour ne pas retomber dans le piège en prenant cette rencontre à la légère.

 

De fait, la TA n’a pas fait dans la demi-mesure, et même si l’on peut regretter les trois quatre occasions qui auraient pu tuer le match dans la première demi-heure, on retiendra qu’elle aura su harceler et fatiguer son adversaire au point que celui -ci a totalement disparu  en seconde mi -temps.

FC BRUZ     0    –    8    TA RENNES

Buts pour la TA: A. POISSONNEAU ( x3); TIMAT (X2); K. LEPETIT; R. THENIER; R. DREUSLIN

Décidée à emballer le match dès la 1ère minute, la TA, en pressant très haut son adversaire,  allait prendre en permanence à la gorge son adversaire, sans que celui-ci ne trouve la solution pour s’en dégager. Avec un peu plus de maîtrise, d’ailleurs, A. POISSONNEAU aurait pu déflorer le score dès la seconde minute sur un excellent centre de T. LEPRETRE, et à son tour dans la minute suivante, T. BELLIER l’imitait, évitant ainsi aux banlieusards de prendre l’eau trop vite. On retiendra une seule riposte du N° 11   Bruzois à la 11ème qu’on a laissé s’approcher dangereusement sans l’attaquer mais S. OSMONT veillait. Ce sera la seule véritable brèche laissée par la défense du sanglier, avant que le sanglier ne s’en donne à cœur joie pour perforer. Hélas, si le collectif était bien là, le réalisme était quant à lui délaissé au profit du gardien Bruzois qui allait s’en tirer à trois ou quatre reprises sur des maladresses (15ème tête lobée d’A. POISSONNEAU, 21ème et 25ème tir de K. LEPETIT ou sauvé par la chance, à l’image de cette frappe d’A. POISSONNEAU poteau sortant (17ème). Il faudra une passe en retrait mal assurée d’un défenseur, pour qu’A. POISSONNEAU ne vienne ouvrir le score à la 19ème.  A partir de là , le plus dur était fait et la TA pouvait alors faire dérouler son collectif sous la houlette de son chef d’orchestre, B. DIAWARA, qui, en jouant simple et en redonnant des ballons propres laminait le milieu  de terrain BRUZOIS. Et c’est d’ailleurs sur une de ses passes décisives, après une jolie action collective, qu’il offrait un caviar à K. LEPETIT pour le second but (43ème). Coup de massue définitive pour Bruz qui s’en remettait une nouvelle fois à son gardien pour éviter le 3ème but dans la foulée sur une tentative de TIMAT(44ème).

La mi-temps survenait donc sur ce score de 2-0 ne laissant guère espérer aux banlieusards un retour dans la partie pour la seconde mi -temps. Ne cherchant jamais le jeu transversal ou le coulissement, n’ayant pour ainsi dire pas d’attaques placées, les grenats ne s’en remettaient qu’à des ballons en profondeur, voire à des percussions individuelles qui ne pouvaient en  aucun cas surprendre  le bloc défensif des noirs, bien en place, recevant les ballons de face, qui n’avait besoin que d’être présent dans l’impact et à la retombée des ballons.

L’essorage conduit par les remises collectives incessantes entre les lignes allait vite balayer les derniers espoirs, s’il en restait encore,  puisque dès la reprise A. POISSONNEAU enfonçait le clou (50ème). A partir de là, respectant son adversaire jusqu’au bout, la TA allait dérouler toute la seconde mi-temps son jeu à une touche avec ses jeunes pousses, dont un excellent TIMAT, devant un adversaire qui lâchait prise et les buts allaient alors s’enchainer avec R. THENIER (lucarne 58ème) ; A. POISSONNEAU (60ème) ; TIMAT (67 et 85 ème) et R. DREUSLIN ( 77èmesur penalty).

Une belle rentrée en matière donc pour ce troisième tour réussie pour la TA, rendant ainsi le plus bel hommage qui soit à  René, son dirigeant et supporter disparu cette semaine, lui l’homme posé, toujours intraitable pour apprécier la valeur du travail bien fait.

1 minute de silence avant le match